Grippe Équine : surveillance, prévention et suivi

08 février 2019

L’analyse de la situation sanitaire actuelle en Europe en regard de l’épizootie de Grippe Équine a conduit les commissaires de France Galop à adopter un certain nombre de mesures sanitaires.

Il est notamment prévu que l’entraîneur de tout partant entraîné dans un pays européen devra adresser à France Galop avant la déclaration de partants à compter d’aujourd’hui pour les partants de lundi et ensuite, les cas des chevaux engagés pour le week-end ayant fait l’objet d’un suivi individuel, un certificat sanitaire de moins de trois jours attestant :

  • de la bonne santé du cheval,
  • de la conformité de sa vaccination contre la grippe,
  • de l’absence de contact avec un cheval suspect,
  • de la réalisation d’un test de dépistage du virus et la Grippe équine par PCR sur un écouvillon nasal.

L’entraîneur devra présenter à l’entrée sur un hippodrome français l’original de ce certificat et le compte-rendu de l’analyse effectuée qui devra avoir un résultat négatif.

Les entraîneurs et les autorités hippiques européennes ont été informés de ces exigences sanitaires et que des mesures complémentaires pourraient être prises si la situation l’exigeait.

La situation est observée en France en temps réel grâce aux 600 vétérinaires-sentinelles du RESPE et l’alerte de ces derniers jours ne nécessite pas des mesures aussi extrêmes que celles qui ont été prises en Grande-Bretagne et en Irlande.

Premièrement parce qu’en France , contrairement à la Grande-Bretagne, aucune écurie de galop n’a été l’objet d’un cas positif.

La décision de la Grande-Bretagne de cesser les courses jusqu’au mercredi 13 février au plus tôt est justifiée par le fait que des chevaux reconnus comme positifs à la Grippe Équine ont été au contact d’autres concurrents sur des hippodromes. Il s’agit de briser net une chaîne de transmission.

L’Irlande a décidé de fermer ses frontières aux chevaux étrangers en raison de contacts fréquents ces dernières semaines entre les deux populations de chevaux. Mais la réalité constatée en France sur le terrain ne correspond à celle de l’Irlande et les chevaux français qui ont récemment couru en Grande Bretagne ont été identifiés et ont fait l’objet d’un suivi.

Avec des tests fiables et des examens adéquats pour dépister toutes les formes de grippe, y compris les variantes qui sont apparues au cours de cette nouvelle épizootie, nous sommes aujourd’hui en capacité de maîtriser la situation.

Les décisions prises par le Département Livret et Contrôles de France Galop, dont la mission relève exclusivement  du sanitaire, sont partagées et adoptées en Cellule de Crise du RESPE, qui regroupe les représentants de la filière cheval en France et qui s’est réunie une nouvelle fois ce vendredi matin.