Diane Longines : Le coup de poker de Nicolas Clément

14 juin 2018

Photo scoopdyga.com

Nicolas Clément attend toujours une première victoire dans le Prix de Diane Longines (Gr1). Avec Amazing Lips, il visera certainement plus une place sur le podium. Celui qui est encore le plus jeune entraîneur à avoir remporté l’Arc tente un coup de poker…

Amazing Lips n’a pas encore gagné mais à chaque fois, elle a été battue par des pouliches qui ont confirmé. Quel est votre sentiment ?

Amazing Lips n’a couru que trois fois. Elle a débuté par une deuxième place derrière Musis Amica à 2ans. Cette dernière sera très en vue ce dimanche dans le Diane. Pour sa rentrée à 3ans, elle a été battue de moins d’une longueur par Victorine qui a nettement dominé le Prix Melisande (L) lors de sa sortie suivante. Enfin, en dernier lieu, elle est montée sur le podium du Prix Cléopâtre (Gr3), en finissant un peu par à-coups, derrière Castellar, qu’elle va retrouver ce dimanche. Les lignes sont donc encourageantes mais il va bien sûr falloir qu’Amazing Lips ait progressé. La pouliche sera montée par Stéphane Pasquier qui connait une période de forme, ayant récemment remporté le Qipco Prix du Jockey Club. Son dernier travail, ce dimanche, était bon. Le terrain un peu souple ne va pas la déranger. Dans son cas, il faut simplement éviter les deux extrêmes, c’est-à-dire trop rapide ou trop lourd. On peut penser qu’après quelques intempéries en début de semaine, la piste va sécher. 

Ce dimanche, elle va s’élancer avec de nouvelles couleurs. Quelle est la stratégie de ce propriétaire japonais ?

C’est un peu ambitieux de courir le Diane avec une pouliche qui est encore maiden. Mais elle vient de changer de casaque et son nouveau propriétaire, Susumu Hayashi, souhaite courir ce classique. Elle s’élancera en tant qu’outsider mais si elle parvient à monter sur le podium, ce sera un grand plus pour l’élevage. Elle sera certainement exportée à la fin de l’automne. Avant cela, elle pourrait prendre la direction de Deauville pour les Prix La Nonette (Gr2) ou Psyché (Gr3). Les éleveurs japonais obtiennent de bons résultats à l’élevage à partir des pouliches acquises à l’entraînement en France. C’est lié à la qualité des souches et du programme français. Depuis quatre décennies, ils importent les meilleurs courants de sang. Et à présent, avec Deep Impact, on voit qu’ils exportent leurs lignées à l’international, notamment vers l’Australie, l’Europe et les Etats-Unis.